Compléments alimentaires : pour qui ?

Écrit par les experts Ooreka

Les femmes seraient deux fois plus nombreuses que les hommes à en consommer.

37 % des Français consomment plus ou moins régulièrement des compléments alimentaires, selon une enquête SOFRES pour le Syndicat de la Diététique et des Compléments Alimentaires (SDCA) menée en 2008.

Ils n'étaient que 17 % en 2004. Les femmes seraient deux fois plus nombreuses que les hommes à en consommer.

La personne type qui consomme des compléments alimentaires serait ainsi une femme âgée entre 15 et 34 ans, active, dont l'alimentation est déjà très équilibrée et qui ne suit pas de régime alimentaire particulier.

Quant à la motivation, la plupart des consommateurs de compléments alimentaires cherchent à améliorer leur bien-être, tant physique que psychologique :

  • 50 % des personnes qui utilisent ces produits veulent en premier lieu accroitre leur tonus et leur vitalité.
  • 30 % déclarent les avoir achetés pour « lutter contre le stress ».

Il faut néanmoins garder à l'esprit que les supplémentations vitaminiques et les compléments alimentaires devraient rester réservés aux personnes qui présentent des carences ou des risques de carences avérés.

Cas particulier : les enfants

Il faut distinguer entre les enfants de moins de trois ans et les enfants de plus de trois ans.

  • Pour les enfants de moins de 3 ans, il s'agit de « supplémentation » proposée par les pédiatres dans le cadre du suivi des nourrissons et enfants en bas âge : vitamines D et K, fluor... En France, cette supplémentation est considérée comme un médicament.
  • Pour les enfants de plus de 3 ans, des compléments alimentaires peuvent être administrés par les parents. Il faut bien vérifier que le complément alimentaire est étiqueté « enfant » car il est alors spécifiquement formulé et dosé pour les enfants.

Bon à savoir : selon l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire), les femmes enceintes qui prennent des compléments alimentaires riches notamment en iode ou en vitamine D sans suivi médical font potentiellement courir un risque d'hypercalcémie et d'hypothyroïdie à l'enfant si celui-ci présente une hypersensibilité.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !