Les risques

Écrit par les experts Ooreka

Même s'ils ne sont pas des médicaments, les risques sont grands en matière de compléments alimentaires. Ces derniers ne se prennent pas n'importe comment sous peine de cumul, de contre-indication ou de surdosage dangereux pour la santé.

Le cumul

L'erreur la plus fréquente est l'association de plusieurs compléments alimentaires proches en termes de composition, mais revendiquant des actions différentes. Les formules anti-stress, minceur ou belle peau sont pensées pour répondre à un seul besoin, les associer conduirait à déséquilibrer le complexe.

Exemple : il suffit de prendre deux complexes dosés en sélénium pour dépasser les quantités maximales conseillées et approcher la limite de sécurité.

Il est donc important de demander conseil au pharmacien, voire à son médecin, en cas de cumul de compléments alimentaires.

Les contre-indications

Il faut faire attention aux contre-indications médicales pour certains patients à risque (insuffisance rénale par exemple). N'hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ou à votre médecin avant la prise d'un complément alimentaire, en particulier si vous êtes déjà sous traitement médical.

Le surdosage

Un nutriment protecteur à faible dose peut s'avérer dangereux à haute dose. Consommer certains compléments alimentaires peut ainsi conduire à des surdoses.

Exemple : le zinc. Il suffit de consommer des aliments riches en zinc associés à la prise d'un complément alimentaire pour multiplier par deux les apports nutritionnels conseillés.

La plupart du temps, l'organisme se contente des éléments dont il a besoin et élimine le reste. Mais pas toujours ! Certaines vitamines et oligo-éléments s'accumulent. C'est le cas du fer qui en excès, devient oxydant ou de la vitamine D qui peut provoquer des calculs.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !